Qui sommes-nous?

999234_255324951288633_45525192_n

Le Théâtre des Lunes Errantes est une compagnie dont l’objet est la création, le financement et la promotion de spectacles vivants musicaux.

Dans Micromégas, Voltaire parle des lunes virevoltant dans l’espace, errant autour de la terre, inconnues et sauvages. Ces lunes, envers de la puissance solaire, attisent la curiosité des savants. Elles sont force et désir d’inconnu.

Le Théâtre des Lunes errantes souhaite explorer des univers curieux, différents, donnant à voir et à entendre des productions inédites. C’est un théâtre du voyage, de la découverte, de la curiosité, de l’ouverture. La langue doit sonner, s’accorder avec la musique.
Compagnie de spectacles vivants, le Théâtre des Lunes errantes privilégie les créations originales, mêlant texte et musique, littérature et composition musicale.
L’équipe
Cécilia Roumi

 

IMG_7249

Ayant fait ses études supérieures à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Cécilia Roumi est agrégée de lettres modernes. Après avoir étudié le chant lyrique au CRR de Lyon dans la classe de Denis Manfroy, ainsi qu’avec Mireille Deguy, elle intègre en 2013 la classe de Gisèle Fixe à Paris et l’atelier de musique baroque du conservatoire de Levallois et se forme auprès de Caroline Dangin-Bardot. Elle a adapté en 2012 le Roman de Tristan de Béroul, pour en faire un opéra en cinq actes, en ancien français, en collaboration avec le compositeur Christophe Belletante et le metteur en scène Ludovic Heime. Elle a aussi écrit et mis en scène un spectacle musical, Chanson d’Octobre, créé en 2011 au théâtre Kantor de l’ENS de Lyon, chanté dans les chœurs de L’Elixir d’amour de Donizetti (mis en scène : Robert Dumé), des Brigands d’Offenbach, de Béatrice et Bénédict de Berlioz (mise en scène : Didier Henri), et plus récemment, elle a joué le rôle de Charlotte dans Dom Juan de Molière. S’intéressant de près à la gestuelle et à la déclamation baroque, elle a joué en 2013 le rôle d’Angélique dans une mise en scène baroque de George Dandin de Molière (mise en scène : Isabelle Grellet) et a chanté le rôle de Chloris dans la pastorale. Elle a chanté en tant que soliste « O Solitude » de Purcell, accompagnée des Chœurs de l’ENS Lyon, dont la partition a été arrangée par Jean-François le Maréchal dans un spectacle de danse contemporaine créé par Robin Lamothe en juin 2013. Elle fonde en juin 2013 la revue Le Pli et le Théâtre des Lunes Errantes. En 2014, elle interprète le rôle de Judith dans l’oratorio éponyme de Marc-Antoine Charpentier.

Lionel Brun

bio11

Lionel Brun a débuté la pratique du chant dans des choeurs d’enfants, dans la région de Coulommiers (Île-de-France), sous la direction de Monique Trécan. Par ailleurs, il a rejoint l’atelier de théâtre animé par Mireille et Pierangelo Summa : les techniques du théâtre « pauvre » (théâtre de rue, jeu masqué, commedia, marionnettes) ou de la création collective étaient mises au service de l’action culturelle locale et de la réinterprétation des textes d’auteurs (Federico Garcia Lorca, Harold Pinter). Poursuivant le théâtre et le chant en parallèle de ses études supérieures, il a plus récemment pris part à la création de Comme un oiseau sur son vélo, pièce de la dramaturge et poétesse libanaise Thérèse Aouad Basbous (2009), à une mise en scène de L’enfant froid de Marius von Mayenburg (2011) et à une recréation de George Dandin de Molière, avec les intermèdes musicaux de la version d’origine, composés par Lully (2013). Après plusieurs années dans la classe de chant de Jean-Louis Serre au CRD de Noisiel, il travaille actuellement avec Florence Godefroy au sein de la filière vocale du conservatoire municipal du 19ème arrondissement de Paris. Dans Tristan, il interprète le rôle du roi Marc.

Ludovic Heime

bio1

Après une classe préparatoire littéraire, Ludovic Heime poursuit ses études en master d’études théâtrales à l’École Normale Supérieure de Lyon. Il s’y intéresse d’abord à la notion d’impossibilité théâtrale avant de consacrer un mémoire à l’œuvre dramatique de Raymond Roussel, sous la direction d’Anne Pellois et de Jean-Loup Rivière. En parallèle de ses études, Ludovic Heime participe à de nombreux projets artistiques comme acteur, dramaturge ou technicien, et s’investit pleinement dans deux associations culturelles : Enscène et La Maison d’Elliot. En février 2012, il participe à la création de Specimen, revue d’art et d’essai. Comme metteur en scène, il achève, en mars 2011, un projet de longue haleine et crée la pièce de Gustave Flaubert Le Château des cœurs, féerie en dix tableaux pour acteurs, chanteurs, danseurs et musiciens. En décembre de la même année, il met en scène Bodas de Sangre, drame musical d’Alexis Cartonnet, d’après le texte de Garcia Llorca, représenté avec l’ensemble orchestral de Lyon 2, sous la direction de Gérard Streletski. Curieux de la lumière scénique, il s’initie également au métier d’éclairagiste en 2012, au sein de l’équipe technique du Théâtre National Populaire de Villeurbanne. Il travaille ensuite comme régisseur auprès de plusieurs compagnies (Le Foyer, Les Monts du Reuil, Les Songes Turbulents, la compagnie En Eaux Troubles) et assiste régulièrement Pierre Daubigny dans ses créations d’éclairagistes ou de metteur en scène. Il travaille aux côtés de Florent Siaud en juillet 2010 comme assistant sur l’opéra Didon et Enée de Purcell, représenté aux Dominicains de Haute-Alsace, en mars 2011 comme créateur lumière et dramaturge sur l’opera buffa italien La Capricciosa Corretta au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, et, en avril 2013, comme régisseur lumière et assistant sur Quarttet d’Heiner Müller, au Théâtre de La Chapelle à Montréal. En 2013, il fonde la Compagnie Madeleine.

Camille Ravot

ravot-camille-1306

Née en 1993, Camille commence le piano à l’âge de 9 ans dans la classe de Jean-Luc Ayroles avant de se tourner vers le clavecin quelques années plus tard. Elle travaille depuis lors dans la classe de Noelle Spieth au CRR de Paris et celle de Frédéric Michel pour la basse continue.  Camille participe à de nombreux stages tant pour le piano que pour le clavecin (Carlos Cebro, Judy Chin, Colette Zehra, Blandine Rannou…). Elle est actuellement en cycle de perfectionnement de piano dans la classe de Claudine Mellon ainsi qu’au CNSMDP en clavecin.

Christophe Belletante
bio16

Compositeur, arrangeur et guitariste, il suit une cursus scolaire atypique à l’université de Nantes, parcours mêlant études de philosophie et études de musicologie. Intégrant le conservatoire régional à la même époque il y renforce ses connaissances musicales. Il achève sa formation scolaire actuelle par un master de composition de musique à l’image (MAAAV) à l’université Lyon 2. Christophe Belletante a participé en tant que compositeur à la création de nombreux projets : dans le spectacle vivant, il composa pour Le Château des coeurs de Flaubert (créé et mis en scène par Ludovic Heime), Hippolyte d’Euripide (mis en scène par Charlotte Triou et Louise Tardif), Le Conte très contrarié de la petite chapardeuse rouge (créé et mis en scène par Marceau Deschamps-Ségura), et d’autres. Il compose beaucoup pour des projets audiovisuels tels que les courts-métrages, les films d’animation (Il obtient avec Rosette le prix « Well told fable » the Siggraph of Los Angeles – 2012, et prix du public à « Court mais bon », nominé aux festivals d’Annecy, Otawa, Bruxelles et bien d’autres), ou encore des jeux vidéos. Il a écrit une partition pour un nouveau type de harpe chromatique (instrument dont la création a été subventionné par la Fondation de France), pièce interprétée par Emilie Chevillard. Il a aussi composé pour l’orchestre le Presto Venissian (direction François Rousselot). Il a été invité en juin 2012 par le musée des Beaux-Arts de Lyon à composer une pièce sur un de leur tableau. Cette pièce fut exécuté par un quintette à vent à l’occasion de leur portes-ouvertes. Aujourd’hui il est fondateur co-associé de la société lyonnaise Omni’zic.

Nadia Madaoui-Pamiès

nadia01bis

Percussionniste classique de formation ainsi que batteur de jazz, détentrice de plusieurs premiers prix délivrés par l’ENM de Montreuil (jazz, musique de chambre, percussions classiques), Nadia Madaoui Pamies, en recherche perpétuelle s’est aussi intéressée à la tradition indienne par le biais de la danse Kathak, recevant l’enseignement de Sharmila Sharma (disciple de Birju Maharaj) ainsi qu’au pakhawaj (percussion biface de l’Inde du nord) sous la direction de Pandit MohanShyam Sharma. Fervente partisane du décloisonnement des pratiques, elle s’est aussi engagée dans le chant lyrique après différentes expériences en choeur (petit choeur de la Sorbonne, choeur Vittoria) et se retrouve dans différents projets en tant que soliste ou choriste. Actuellement élève de Mme Alcantara à l’Ecole Normale de Paris, elle complète sa formation et poursuit son rêve de complétude tout en gardant un intérêt pour la pédagogie. De nombreuses expériences scéniques: Electrias (fusion), Mr Lune (chanson française), Siyesa (soul), Ruggieri trio (jazz), des créations: « les Arpenteurs » de Denis Colin, « Walt Withman » avec la compagnie Les Embruns, « Tapage nocturne » avec Lila Petronio danseuse issue de Stomp, la plongent tour à tour dans différents univers sonores qui s’enrichissent tous les uns les autres.

Julie Petit

1546143_10152163678224349_1244179573_n

Julie Petit commence la viole de gambe à l’âge de 7 ans dans la classe de Marie-Françoise Bloch au conservatoire de Meaux. En 2011, elle intègre la classe de Caroline Howald au CRR de Paris où elle obtient son prix en 2013. Elle poursuit actuellement la viole au CRR en cycle de perfectionnement. Elle étudie également le chant lyrique avec Sophie Boulin depuis plusieurs années. En parallèle, Julie poursuit des études d’histoire de l’art et d’archéologie à la Sorbonne et obtient sa licence en 2012. Elle a eu l’occasion de travailler lors de différents stages, master-classes et projets avec, entre autres, Jean-Louis Charbonnier, Nima Ben David, Jean Tubéry et la Fenice, Michel Laplénie et l’Académie du Périgord noir, ou encore Marcel Ponseele. Elle fait partie d’un consort de violes créé au sein de l’ensemble Tirsi e Clori, de la Compagnie de théâtre des Lunes errantes, de l’ensemble In Movimento. En tant que chanteuse, elle fait partie de l’ensemble vocal féminin FaSuperLa dirigé par Yves Müller.
Elle accompagne régulièrement différents ensembles de musique de chambre, le chœur du Beau du Monde, suit des cours de musique de chambre avec Blandine Rannou au CNSM de Paris et se produit en tant que chanteuse et violiste avec l’ensemble de Formation aux Arts baroques qui fait renaître des comédies-ballets telles George Dandin ou Le Bourgeois Gentilhomme. Par ailleurs, attirée par la pédagogie, Julie se forme à l’éveil musical et à la pédagogie Martenot auprès de Marie-Alice Charritat et intervient dans les écoles pour l’association Tempo.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Expériences et travaux d'une compagnie théâtrale et musicale

%d blogueurs aiment cette page :